Nous pouvons résumer la politique de l’énergie en Belgique en 1 mot : « Peut-être ». Ce mot qui semble anodin a malheureusement assez bien de conséquences négatives.

Dans un entretien récent, notre ministre fédéral de l’énergie Marghem a dit ce qui suit : « Nous n’allons peut-être pas réussir a sortir totalement du nucléaire en 2025. » Et la politique énergétique en Belgique reste remplie d’incertitudes telles que « nous verrons bien » et « nous allons bien finir par attaquer le problème ». Le manque de clarté est monnaie courante et s’il y a bien quelque chose que les investisseurs ne trouvent pas amusant c’est bien l’incertitude. Cependant, déjà dans les années 90, il était clair que les centrales nucléaires allaient bien devoir fermer leurs portes un jour et qu’il faudrait trouver une solution de rechange. Un tel plan n’a cependant jamais été prévu. Chaque nouvel investissement provoque des protestations. Le charbon a des rejets trop importants, le gaz vient de Russie, l’énergie nucléaire n’est pas sûre et les turbines éoliennes sont très laides. Il semble que nous allons continuer à utiliser nos anciennes centrales nucléaires jusqu’à ce qu’elles soient totalement inutilisables et que les « fissures » rendent l’exploitation des réacteurs totalement impossible.

La seule chose que vous pouvez faire en tant qu’entrepreneur ou brave père/mère de famille, est de vous concentrer sur les économies d’énergie et changer aussi régulièrement de fournisseur pour veiller à ce que la facture pour le remplacement des centrales nucléaires reste aussi faible que possible pour vous. C’est malheureusement suffisant pour avoir un peu de sécurité dans la politique énergétique belge.

 

Entretien dans De Tijd: http://www.tijd.be/politiek_economie/belgie_federaal/Marghem_Niet_zeker_dat_kernuitstap_lukt.9682600-3136.art