belgie Si je devais résumer la politique énergétique de la Belgique en un mot, alors je choisirais « en attente ». Il est impensable de voir comme peu de choses changent et si quelque chose change, comme le changement se fait lentement. Deux exemples évidents sont la sortie du nucléaire qui est sans arrêt reportée et la transition vers un mix d’énergie durable, qui progresse tellement lentement. Récemment, de nouveaux chiffres concernant l’objectif en matière d’énergie renouvelable ont été publiés par le service statistique européen Eurostat et vous pouvez deviner quel est le pays qui arrive en dernière position. La Belgique tombe juste en dehors du top 5 des pays dont la part consacrée aux énergies renouvelables est la plus faible, avec une sixième place pas tellement admirable. La part des énergies renouvelables dans l’économie atteignait presque 8 % en 2013 alors que la moyenne européenne était de 15 %. L’objectif que la Belgique doit atteindre est de 13 % pour 2020. Il est peut-être temps de dévoiler le plan énergétique au lieu de conserver cette position attentiste. Heureusement, la promesse de notre ministre flamand de l’énergie (Me Turtelboom) de rendre l’installation d’une turbine éolienne plus simple et d’inciter à installer effectivement plus d’éoliennes en Belgique.

Vous pouvez trouver l’étude les chiffres d’Eurostat ici.